Histoire de l’orchestre

Pour l’empereur, pour les invités éminents

Lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les Autrichiens ont entrepris d’organiser le trajet touristique définitif. Sans aucun doute, la valeur unique des monuments souterrains a contribué à les inciter à réunir un orchestre de mineurs. « La musique saline » a rehaussé la visite. L’orchestre accompagnait les visiteurs lors de leur descente dans les profondeurs de la terre, notamment pour les visiteurs qui choisissaient la formule la plus chère, avec une classe d’éclairage I ou II. L’ensemble de cuivres se produisait dans les chambres Michałowice, Saurau, Dworzec Gołuchowski, Józef Piłsudski, Łętów. L’orchestre se devait d’être présent lors de toutes les réceptions de personnages éminents. En 1851, la mine a reçu la visite de l’empereur François-Joseph I. Pour son salut, la chambre Michałowice a résonné de « Hymne des Peuples » et de la « Marche de Redetzky ».

À la belle étoile

Kopalnia Soli "Wieliczka"Toutes les semaines l’orchestre de cuivres donnait un concert dans le kiosque du Parc Sainte-Élisabeth (actuellement le Parc Sainte-Cunégonde). Feliks Boczkowski écrivait (1843): Les curistes forment des compagnies et organisent des réunions en nombre restreint auxquels participent aussi des fonctionnaires locaux. Si les curistes sont plus nombreux, dans l’hôtel local on organise des bals. On se promène le plus souvent dans le jardin public appelé Bernatówka (actuellement le Parc A. Mickiewicz) où résonne la musique de mineurs. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les musiciens salins jouaient dans la cour du Château Salin, après 1945 dans le parc de Wieliczka.

Mesdames et Messieurs, dansons la mazurka !

Autrefois, le parcours de la visite passait par l’imposante chambre Łętów qui servait de salle de bal. Aleksander Kisielewski racontait en 1869 : « Au même étage se trouve la chambre appelée Łętów, son sol et ses murs sont recouverts de boiseries, autour - des bancs pour le repos des voyageurs et une galerie pour les musiciens. Nous avons trouvé la chambre généreusement éclairée et une belle image qui brillait d’une lumière pleine de couleurs (transparent), on y jouait une mazurka endiablée. De couples de danseurs se sont rapidement formés […]. Le son des cuivres était très présent déjà, et il résonnait encore de mille voix dans les voûtes souterraines. Je n’avais jamais rien entendu de tel de toute ma vie ! » Cet orchestre salin énergique est également évoqué à la fin du XIXe siècle dans l’hebdomadaire « Wędrowiec ». Les membres actuels de l’orchestre exposent leur talent notamment lors de concerts pour les visiteurs dans la Chambre Varsovie.


Bibliographie de la page

  1. Boczkowski F., O Wieliczce pod względem historyi naturalnej, dziejów i kąpieli, Bochnia 1843, réimpression : Warszawa 1987.
  2. Kisielewski A., Z Krakowa do Gdańska Wisłą. Wspomnienia z podróży z kilkunastoma doborowymi drzeworytami, Lwów 1869.
  3. Markowski I., Wielicka orkiestra salinarna, dans : Studia i materiały do dziejów żup solnych w Polsce, Wieliczka 2001, v. XXI.
  4. Wędrowiec. Pismo Tygodniowe Ilustrowane, Warszawa 1896, n° 2.
 


Le site Internet de la Mine de Sel « Wieliczka » utilise des fichiers cookies, qui vous permettent d’y naviguer et qui facilitent la visite du Site. En navigant sur le site vous donnez votre consentement à l’utilisation de fichiers cookies. Vous trouverez des informations détaillées sous l’onglet Mentions légales.

Ne plus afficher cette information